Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

1974-2014 : réédition du 40ème anniversaire, avec une préface d'Eric Auphan

1974-2014 : réédition du 40ème anniversaire, avec une préface d'Eric Auphan

Présentation de l'éditeur :

Qui veut comprendre les îles bretonnes aujourd’hui ne peut faire l’impasse sur leur histoire et leur géographie si particulières. A ce titre, les meilleurs témoignages littéraires sur la vie dans ces petits mondes insulaires sous l’Ancien Régime et la Révolution nous sont offerts par ce grand connaisseur des « travailleurs de la mer » que fut Henri Queffélec, né à Brest (1910-1992).

En 1974, il y a tout juste 40 ans, Henri Queffélec publiait Les Îles de la Miséricorde, revenant à la suite de Charles Le Goffic et son roman Les Pierres Vertes sur le naufrage du Drummond Castle : le 16 juin 1896, sur la fin de son voyage de retour à Londres, un paquebot anglais de la ligne du Cap, le Drummond Castle, s’égare dans la brume. Il se figure déborder Ouessant et s’engage dans les courants du Fromveur. A 11 heures du soir, juste comme une petite fête vient de se terminer à bord, il heurte une roche. En sept ou huit minutes il coule. Il n’y aura que trois survivants, un passager et deux hommes d’équipage, recueillis le lendemain matin, le premier par un homme d’Ouessant, les deux autres par un pêcheur molénais. Un « grand naufrage » ? Ce drame, qui a bouleversé son époque, n’est pas « grand » seulement par sa soudaineté ni par le nombre des victimes, mais parce qu’il a mis en lumière, d’une étonnante façon, la solidarité humaine.

Les Anglais se représentaient alors les îliens de « Petite-Bretagne » comme des gens rudes et frustes. La Reine Victoria, l’archevêque de Cantorbéry, tous furent émerveillés. Sans aucune recommandation extérieure, les Molénais, les Ouessantins, avaient vu spontanément des frères et des soeurs dans les malheureux, vivants ou morts, que la mer leur donnait à recueillir et ils avaient montré pour eux les égards les plus délicats.

Les Îles de la Miséricorde s’inscrit parmi les grands romans insulaires français du XXe siècle. Il n’était plus disponible en édition de qualité depuis 30 ans. Nul doute que sa lecture vous transportera dans le temps et dans l’espace, jusque dans ces parages des îles d’Ouessant et de Molène, si périlleux pour la navigation d’autrefois.

Avant-propos d’Eric Auphan, président de l’Association des Amis d’Henri Queffélec.

Share this post

Repost 0